Web et papier : deux rédactions main dans la main ?

Publié le par Poujal

Le statut du journaliste est en train d'évoluer. Le journaliste traditionnel papier disparait à petit feu alors que le jeune web-journaliste commence sa vie professionnelle plus facilement. Une solution à ce changement serait de fusionner les deux rédactions. Les Echos devraient ouvrir la voie dès juin en associant les rédactions du journal papier et du site Web.


Etre journaliste sur le web requiert-il les mêmes compétences qu'un journaliste papier ? Cette question tombe à pic dans un contexte de rejet de loi Hadopi et de mouvements internes des rédactions journalistiques. Voyant s'éloigner les recettes publicitaires en même temps que leurs lectorats, les rédactions papiers se décident enfin à évoluer. Pouvoir travailler à la fois sur la papier et sur le web semble être la meilleure solution à la crise actuelle des journaux. "A partir d'un seul poste, chaque journaliste pourra, grâce à un logiciel, travailler pour le papier, le Web et la téléphonie mobile, explique Nicolas Beytout, PDG des Echos. Nous partons du constat que les lecteurs exigent de trouver une information de la même qualité sur tous les supports de la marque, et les mêmes signatures."

Fossé culturel entre le web et le papier

Cependant, l'information est tout de même traitée différemment sur le web que sur le papier. Rapidité, interactivité et productivité sont les maîtres mots du web-journaliste. On lui demande moins de signes, moins de témoignages mais plus de rapidité dans son article. Ce qu'ont du mal à accepter quelques journalistes papiers préférant l'enquête et les témoignages. Dans certaines rédactions historiques, la rivalité entre le web et le papier se fait ressentir. Les jeunes journalistes web sont mal vus par les piliers du papier qui eux, sont parfois caricaturés et critiqués à tort par les jeunes loups du multimédia.

Mais la tendance générale est au rapprochement du web et du papier. Sans cette fusion, des groupes de presse disparaitront à l'image de nombreux journaux américains. Le multimédia offre de nombreuses possibilités encore inexploitées. Pouvoir produire de la vidéo, du son ou de l'infographie est un avantage pour un journaliste. Le rich média est l'avenir du journalisme, autant l'exploiter. Un site comme ligne4 offre par exemple des reportages poignants sur le support web.

Les outils du web comme valeur ajoutée

Le fossé entre les rédactions web et papier doit se refermer. Il faut donner envie au journaliste papier de travailler sur le web. Lui montrer, lui expliquer les outils d'agrégateurs de flux rss ou de réseaux sociaux. Le web peut contribuer à renforcer la visibilité de quelques grandes signatures, qui écrivent pour le papier et qui sont incitées à animer en ligne un blog ou une newsletter. Il faut amener ces grands journalistes à utiliser le web tout en continuant à écrire pour le papier. Les mentalités sont difficiles à changer mais l'avenir de l'information passe par là.


Publié dans Medias

Commenter cet article